Votre pierre pour édifier une église

POUR CÉLÉBRER, ACCUEILLIR ET SE DRESSER VERS LE CIEL

Notre vie conventuelle est centrée sur la célébration solennelle de l’Office divin et du Saint Sacrifice de la Messe, qui en est le sommet. Les premiers frères avaient aménagé, en 1982, notre modeste chapelle dans une ancienne étable. Aujourd’hui, cette chapelle est trop petite pour accueillir les familles et les fidèles qui se pressent pour assister à nos offices. Et le chœur est devenu trop étroit pour recevoir les nouvelles vocations.

 

Les vertus du projet

L’église donnera à notre Couvent sa pleine dimension de maison-mère, maison de formation et de contemplation, maison de rayonnement de la vie dominicaine.

Une nef de 200 places pour accueillir deux fois plus de fidèles.
Un chœur de 32 stalles pour accueillir les Frères et les futures vocations.
Un sanctuaire plus vaste pour déployer la belle liturgie dominicaine.

 

Votre pierre pour bâtir une hôtellerie

Un grand nombre de laïcs, séminaristes et prêtres nous écrivent ou nous appellent pour passer quelques jours dans notre couvent : pour se retirer de l’agitation du monde, pour s’unir à notre vie de prière, pour profiter de l’accompagnement spirituel dispensé par les Pères du couvent, pour utiliser notre bibliothèque pour leurs recherches théologiques.

Pourtant, nous sommes obligés de refuser de nombreuses demandes faute d’une hôtellerie de taille suffisante. Nous ne pouvons accueillir que trois personnes !

 

Votre pierre pour ceindre le cloître,et donner toute sa dimension à notre vie conventuelle.

Aujourd’hui ouvert sur deux faces, la construction de l’hôtellerie, d’un côté, et de l’église, de l’autre, permettra à notre cloître de bien porter son nom et de servir notre mission.

Cet espace fermé (claustrum) de distribution des bâtiments réguliers par des galeries couvertes rejoignant l’église, est l’application dans le monastère, de l’atrium de la villa romaine. Lieu de liturgie des vivants mais aussi des défunts, le cloître est également lieu de prière pour le religieux qui y dit son chapelet, et y fait sa lectio divina. Le jardin du cloître, avec ses allées se rejoignant au puits, est la trouée vers le Ciel de cette ville fortifiée, image de la Jérusalem céleste d’où coule l’eau nouvelle arrosant le monde.